HWF Chaussures femme Printemps Chaussures Casual Chaussures plates des femmes Sports Étudiants Chaussures simples Blanc Femme Couleur Black red taille 38 White Gray vpWJq6G

B079YYL3ZQ
HWF Chaussures femme Printemps Chaussures Casual Chaussures plates des femmes Sports Étudiants Chaussures simples Blanc Femme ( Couleur : Black red , taille : 38 ) White Gray
  • Couleur Catégorie: Blanc gris, Noir rouge, Blanc bleu
  • Taille: 35, 36, 37, 38, 39, 40
  • Aider matériau de surface: cuir; Dans le matériel: PU
  • Style: Chaussures de sport
  • Design de mode: C'est le style simple mais intelligent de cette chaussure qui la rend si populaire.
HWF Chaussures femme Printemps Chaussures Casual Chaussures plates des femmes Sports Étudiants Chaussures simples Blanc Femme ( Couleur : Black red , taille : 38 ) White Gray HWF Chaussures femme Printemps Chaussures Casual Chaussures plates des femmes Sports Étudiants Chaussures simples Blanc Femme ( Couleur : Black red , taille : 38 ) White Gray HWF Chaussures femme Printemps Chaussures Casual Chaussures plates des femmes Sports Étudiants Chaussures simples Blanc Femme ( Couleur : Black red , taille : 38 ) White Gray HWF Chaussures femme Printemps Chaussures Casual Chaussures plates des femmes Sports Étudiants Chaussures simples Blanc Femme ( Couleur : Black red , taille : 38 ) White Gray HWF Chaussures femme Printemps Chaussures Casual Chaussures plates des femmes Sports Étudiants Chaussures simples Blanc Femme ( Couleur : Black red , taille : 38 ) White Gray

Contenu | XSENSIBLE Mila STF Brun NG6uBxQgX0
| BalaMasa Abl09889 Sandales Compensées femme Blanc ARmuE7
| Connexion

Ce site utilise Xiti. En appuyant sur le bouton "j'accepte" vous nous autorisez à déposer des cookies à des fins de mesure d'audience. L'acceptation du dépot de cookies, est notre unique moyen pour améliorer votre confort sur le site.
Les cookies Google Analytics
Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous interesse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnements. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc
Construire l'Université de demain
Suivez-nous sur
Accueil / Steffen Schraut 348 Deborah Street Sandales Bout Ouvert Femme Noir Black 1 NtUUzA9AN
/ TAOFFEN Femmes Mode Aiguille Escarpins silver L6i3z8z

Généralités

Les services de l’État, établissements publics, et organismes chargés d’une mission de service public bénéficiant d'un accès permanent n’ont pas le pouvoir de donner librement un accès au SNDS aux personnes de leur choix. Leurs possibilités d'habilitation se limitent à leurs personnels (ou assimilés, par exemple, un chercheur intégré dans une équipe, mobilisé pour le compte de l’organisme et sous l’autorité hiérarchique du directeur) et aux sous-traitants, agissant au nom des organismes précités et pour leur compte dans le strict cadre de leurs missions de service public. Les accès par les personnes habilitées :

Les personnes (personnels et sous-traitants) habilitées à accéder au SNDS sont responsables nominativement. Elles ont ainsi l’interdiction formelle :

Dans l’hypothèse d’une intervention d'un sous-traitant, celle-ci doit être formalisée dans un contrat prévoyant notamment les obligations lui incombant en matière de protection de la sécurité et de la confidentialité des données (article 28 du Règlement (UE) 2016/679 du parlement européen et du conseil du 27 avril 2016 (RGPD), article 35 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, arrêté du 22 mars 2017 relatif au référentiel de sécurité applicable au Système national des données de santé). Le directeur de l’organisme (ou son délégataire), en tant que responsable du traitement, reste tenu d'une obligation de veiller au respect des mesures de sécurité et de confidentialité mentionnées à l'article 34 de la loi précitée et à l’article 32 du RGPD.

En cas de manquement à la règlementation, les services de l’État, les établissements publics, et les organismes chargés d’une mission de service public concernés peuvent voir leur accès au SNDS coupés par la Caisse nationale d’assurance maladie.

Par ailleurs, ils s’exposent aux sanctions prévues par le RGPD et la loi n°78-17 du 6 janvier 1978 précitée qui comprennent notamment des amendes administratives 1 et des sanctions pénales 2 .

Les sous-traitants s’exposent eux aussi à des sanctions administratives et pénales telles que celles envisagées respectivement par le RGPD ou encore par l’article L323-1 du code pénal qui prévoit des peines d’emprisonnement et des amendes.

Article L1461-3-III du code de la santé publique : « le décret en Conseil d'État mentionné à l'article L 1461-7 fixe la liste des services de l'État, des établissements publics ou des organismes chargés d'une mission de service public autorisés à traiter des données à caractère personnel du système national des données de santé pour les besoins de leurs missions. Ce décret précise, pour chacun de ces services, établissements ou organismes, l'étendue de cette autorisation, les conditions d'accès aux données et celles de la gestion des accès ».

Article R1461-16 du décret n°2016-1871 du 26 décembre 2016 relatif au traitement de données à caractère personnel dénommé « système national des données de santé » : « les responsables des services de l'État, des établissements ou des organismes mentionnés à l'article R. 1461-12 habilitent, sous leur responsabilité, au sein de la structure qu'ils dirigent ou, le cas échéant, dans le cadre d'un contrat de sous-traitance et dans le respect des dispositions de l'article 35 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 , des personnes nommément désignées pour accéder aux données du système national des données de santé.

Le nombre des personnes habilitées est limité à ce qui est strictement nécessaire pour assurer l'exécution des traitements de données autorisés. Ces personnes doivent avoir été spécialement formées, dans le cadre de leurs fonctions, pour l'accomplissement de leurs missions ».

Loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés :

Article 34 : « le responsable du traitement est tenu de prendre toutes précautions utiles, au regard de la nature des données et des risques présentés par le traitement, pour préserver la sécurité des données et, notamment, empêcher qu'elles soient déformées, endommagées, ou que des tiers non autorisés y aient accès.

Des décrets, pris après avis de la Commission nationale de l'informatique et des libertés, peuvent fixer les prescriptions techniques auxquelles doivent se conformer les traitements mentionnés au 2° et au 6° du II de l'article 8 ».

Article 35 : « les données à caractère personnel ne peuvent faire l'objet d'une opération de traitement de la part d'un sous-traitant, d'une personne agissant sous l'autorité du responsable du traitement ou de celle du sous-traitant, que sur instruction du responsable du traitement.

Toute personne traitant des données à caractère personnel pour le compte du responsable du traitement est considérée comme un sous-traitant au sens de la présente loi.

Le sous-traitant doit présenter des garanties suffisantes pour assurer la mise en œuvre des mesures de sécurité et de confidentialité mentionnées à l'article 34. Cette exigence ne décharge pas le responsable du traitement de son obligation de veiller au respect de ces mesures.

Le contrat liant le sous-traitant au responsable du traitement comporte l'indication des obligations incombant au sous-traitant en matière de protection de la sécurité et de la confidentialité des données et prévoit que le sous-traitant ne peut agir que sur instruction du responsable du traitement ».

Règlement (UE) 2016/679 du parlement européen et du conseil du 27 avril 2016

Article 28 Sous-traitant : « 1. Lorsqu'un traitement doit être effectué pour le compte d'un responsable du traitement, celui-ci fait uniquement appel à des sous-traitants qui présentent des garanties suffisantes quant à la mise en œuvre de mesures techniques et organisationnelles appropriées de manière à ce que le traitement réponde aux exigences du présent règlement et garantisse la protection des droits de la personne concernée.

2. Le sous-traitant ne recrute pas un autre sous-traitant sans l'autorisation écrite préalable, spécifique ou générale, du responsable du traitement. Dans le cas d'une autorisation écrite générale, le sous-traitant informe le responsable du traitement de tout changement prévu concernant l'ajout ou le remplacement d'autres sous-traitants, donnant ainsi au responsable du traitement la possibilité d'émettre des objections à l'encontre de ces changements.

3. Le traitement par un sous-traitant est régi par un contrat ou un autre acte juridique au titre du droit de l'Union ou du droit d'un État membre, qui lie le sous-traitant à l'égard du responsable du traitement, définit l'objet et la durée du traitement, la nature et la finalité du traitement, le type de données à caractère personnel et les catégories de personnes concernées, et les obligations et les droits du responsable du traitement. Ce contrat ou cet autre acte juridique prévoit, notamment, que le sous-traitant :

a) ne traite les données à caractère personnel que sur instruction documentée du responsable du traitement, y compris en ce qui concerne les transferts de données à caractère personnel vers un pays tiers ou à une organisation internationale, à moins qu'il ne soit tenu d'y procéder en vertu du droit de l'Union ou du droit de l'État membre auquel le sous-traitant est soumis ; dans ce cas, le sous-traitant informe le responsable du traitement de cette obligation juridique avant le traitement, sauf si le droit concerné interdit une telle information pour des motifs importants d'intérêt public;

b) veille à ce que les personnes autorisées à traiter les données à caractère personnel s'engagent à respecter la confidentialité ou soient soumises à une obligation légale appropriée de confidentialité ;

c) prend toutes les mesures requises en vertu de l'article 32 ;

d) respecte les conditions visées aux paragraphes 2 et 4 pour recruter un autre sous-traitant ;

e) tient compte de la nature du traitement, aide le responsable du traitement, par des mesures techniques et organisationnelles appropriées, dans toute la mesure du possible, à s'acquitter de son obligation de donner suite aux demandes dont les personnes concernées le saisissent en vue d'exercer leurs droits prévus au chapitre III ;

f) aide le responsable du traitement à garantir le respect des obligations prévues aux articles 32 à 36, compte tenu de la nature du traitement et des informations à la disposition du sous-traitant ;

g) selon le choix du responsable du traitement, supprime toutes les données à caractère personnel ou les renvoie au responsable du traitement au terme de la prestation de services relatifs au traitement, et détruit les copies existantes, à moins que le droit de l'Union ou le droit de l'État membre n'exige la conservation des données à caractère personnel ;

et h) met à la disposition du responsable du traitement toutes les informations nécessaires pour démontrer le respect des obligations prévues au présent article et pour permettre la réalisation d'audits, y compris des inspections, par le responsable du traitement ou un autre auditeur qu'il a mandaté, et contribuer à ces audits. En ce qui concerne le point h) du premier alinéa, le sous-traitant informe immédiatement le responsable du traitement si, selon lui, une instruction constitue une violation du présent règlement ou d'autres dispositions du droit de l'Union ou du droit des États membres relatives à la protection des données.

4. Lorsqu'un sous-traitant recrute un autre sous-traitant pour mener des activités de traitement spécifiques pour le compte du responsable du traitement, les mêmes obligations en matière de protection de données que celles fixées dans le contrat ou un autre acte juridique entre le responsable du traitement et le sous-traitant conformément au paragraphe 3, sont imposées à cet autre sous-traitant par contrat ou au moyen d'un autre acte juridique au titre du droit de l'Union ou du droit d'un État membre, en particulier pour ce qui est de présenter des garanties suffisantes quant à la mise en œuvre de mesures techniques et organisationnelles appropriées de manière à ce que le traitement réponde aux exigences du présent règlement. Lorsque cet autre sous-traitant ne remplit pas ses obligations en matière de protection des données, le sous-traitant initial demeure pleinement responsable devant le responsable du traitement de l'exécution par l'autre sous-traitant de ses obligations.

5. L'application, par un sous-traitant, d'un code de conduite approuvé comme le prévoit l'article 40 ou d'un mécanisme de certification approuvé comme le prévoit l'article 42 peut servir d'élément pour démontrer l'existence des garanties suffisantes conformément aux paragraphes 1 et 4 du présent article.

6. Sans préjudice d'un contrat particulier entre le responsable du traitement et le sous-traitant, le contrat ou l'autre acte juridique visé aux paragraphes 3 et 4 du présent article peut être fondé, en tout ou en partie, sur les clauses contractuelles types visées aux paragraphes 7 et 8 du présent article, y compris lorsqu'elles font partie d'une certification délivrée au responsable du traitement ou au sous-traitant en vertu des articles 42 et 43.

7. La Commission peut établir des clauses contractuelles types pour les questions visées aux paragraphes 3 et 4 du présent article et conformément à la procédure d'examen visée à l'article 93, paragraphe 2.

8. Une autorité de contrôle peut adopter des clauses contractuelles types pour les questions visées aux paragraphes 3 et 4 du présent article et conformément au mécanisme de contrôle de la cohérence visé à l'article 63.

9. Le contrat ou l'autre acte juridique visé aux paragraphes 3 et 4 se présente sous une forme écrite, y compris en format électronique.

10. Sans préjudice des articles 82, 83 et 84, si, en violation du présent règlement, un sous-traitant détermine les finalités et les moyens du traitement, il est considéré comme un responsable du traitement pour ce qui concerne ce traitement ».

Article 32 Sécurité du traitement : « 1.Compte tenu de l'état des connaissances, des coûts de mise en œuvre et de la nature, de la portée, du contexte et des finalités du traitement ainsi que des risques, dont le degré de probabilité et de gravité varie, pour les droits et libertés des personnes physiques, le responsable du traitement et le sous-traitant mettent en œuvre les mesures techniques et organisationnelles appropriées afin de garantir un niveau de sécurité adapté au risque, y compris entre autres, selon les besoins :

a) la pseudonymisation et le chiffrement des données à caractère personnel ;

b) des moyens permettant de garantir la confidentialité, l'intégrité, la disponibilité et la résilience constantes des systèmes et des services de traitement ;

c) des moyens permettant de rétablir la disponibilité des données à caractère personnel et l'accès à celles-ci dans des délais appropriés en cas d'incident physique ou technique ;

d) une procédure visant à tester, à analyser et à évaluer régulièrement l'efficacité des mesures techniques et organisationnelles pour assurer la sécurité du traitement.

2. Lors de l'évaluation du niveau de sécurité approprié, il est tenu compte en particulier des risques que présente le traitement, résultant notamment de la destruction, de la perte, de l'altération, de la divulgation non autorisée de données à caractère personnel transmises, conservées ou traitées d'une autre manière, ou de l'accès non autorisé à de telles données, de manière accidentelle ou illicite.

3. L'application d'un code de conduite approuvé comme le prévoit l'article 40 ou d'un mécanisme de certification approuvé comme le prévoit l'article 42 peut servir d'élément pour démontrer le respect des exigences prévues au paragraphe 1 du présent article.

4. Le responsable du traitement et le sous-traitant prennent des mesures afin de garantir que toute personne physique agissant sous l'autorité du responsable du traitement ou sous celle du sous-traitant, qui a accès à des données à caractère personnel, ne les traite pas, excepté sur instruction du responsable du traitement, à moins d'y être obligée par le droit de l'Union ou le droit d'un État membre ».

Article 83 Conditions générales pour imposer des amendes administratives : « 1.Chaque autorité de contrôle veille à ce que les amendes administratives imposées en vertu du présent article pour des violations du présent règlement visées aux paragraphes 4, 5 et 6 soient, dans chaque cas, effectives, proportionnées et dissuasives.

2. Selon les caractéristiques propres à chaque cas, les amendes administratives sont imposées en complément ou à la place des mesures visées à l'article 58, paragraphe 2, points a) à h), et j). Pour décider s'il y a lieu d'imposer une amende administrative et pour décider du montant de l'amende administrative, il est dûment tenu compte, dans chaque cas d'espèce, des éléments suivants :

a) la nature, la gravité et la durée de la violation, compte tenu de la nature, de la portée ou de la finalité du traitement concerné, ainsi que du nombre de personnes concernées affectées et le niveau de dommage qu'elles ont subi ;

b) le fait que la violation a été commise délibérément ou par négligence ;

c) toute mesure prise par le responsable du traitement ou le sous-traitant pour atténuer le dommage subi par les personnes concernées ;

d) le degré de responsabilité du responsable du traitement ou du sous-traitant, compte tenu des mesures techniques et organisationnelles qu'ils ont mises en œuvre en vertu des articles 25 et 32 ;

e) toute violation pertinente commise précédemment par le responsable du traitement ou le sous-traitant ;

f) le degré de coopération établi avec l'autorité de contrôle en vue de remédier à la violation et d'en atténuer les éventuels effets négatifs ;

g) les catégories de données à caractère personnel concernées par la violation ;

h) la manière dont l'autorité de contrôle a eu connaissance de la violation, notamment si, et dans quelle mesure, le responsable du traitement ou le sous-traitant a notifié la violation ;

i) lorsque des mesures visées à l'article 58, paragraphe 2, ont été précédemment ordonnées à l'encontre du responsable du traitement ou du sous-traitant concerné pour le même objet, le respect de ces mesures ;

j) l'application de codes de conduite approuvés en application de l'article 40 ou de mécanismes de certification approuvés en application de l'article 42 ;

et k) toute autre circonstance aggravante ou atténuante applicable aux circonstances de l'espèce, telle que les avantages financiers obtenus ou les pertes évitées, directement ou indirectement, du fait de la violation.

3. Si un responsable du traitement ou un sous-traitant viole délibérément ou par négligence plusieurs dispositions du présent règlement, dans le cadre de la même opération de traitement ou d'opérations de traitement liées, le montant total de l'amende administrative ne peut pas excéder le montant fixé pour la violation la plus grave.

4. Les violations des dispositions suivantes font l'objet, conformément au paragraphe 2, d'amendes administratives pouvant s'élever jusqu'à 10 000 000 EUR ou, dans le cas d'une entreprise, jusqu'à 2 % du chiffre d'affaires annuel mondial total de l'exercice précédent, le montant le plus élevé étant retenu :

a) les obligations incombant au responsable du traitement et au sous-traitant en vertu des articles 8, 11, 25 à 39, 42 et 43 ;

b) les obligations incombant à l'organisme de certification en vertu des articles 42 et 43 ;

c) les obligations incombant à l'organisme chargé du suivi des codes de conduite en vertu de l'article 41, paragraphe 4.

5. Les violations des dispositions suivantes font l'objet, conformément au paragraphe 2, d'amendes administratives pouvant s'élever jusqu'à 20 000 000 EUR ou, dans le cas d'une entreprise, jusqu'à 4 % du chiffre d'affaires annuel mondial total de l'exercice précédent, le montant le plus élevé étant retenu: a) les principes de base d'un traitement, y compris les conditions applicables au consentement en vertu des articles 5, 6, 7 et 9 ;

b) les droits dont bénéficient les personnes concernées en vertu des articles 12 à 22

c) les transferts de données à caractère personnel à un destinataire situé dans un pays tiers ou à une organisation internationale en vertu des articles 44 à 49 ;

d) toutes les obligations découlant du droit des États membres adoptées en vertu du chapitre IX ;

e) le non-respect d'une injonction, d'une limitation temporaire ou définitive du traitement ou de la suspension des flux de données ordonnée par l'autorité de contrôle en vertu de l'article 58, paragraphe 2, ou le fait de ne pas accorder l'accès prévu, en violation de l'article 58, paragraphe 1.

6. Le non-respect d'une injonction émise par l'autorité de contrôle en vertu de l'article 58, paragraphe 2, fait l'objet, conformément au paragraphe 2 du présent article, d'amendes administratives pouvant s'élever jusqu'à 20 000 000 EUR ou, dans le cas d'une entreprise, jusqu'à 4 % du chiffre d'affaires annuel mondial total de l'exercice précédent, le montant le plus élevé étant retenu.

7. Sans préjudice des pouvoirs dont les autorités de contrôle disposent en matière d'adoption de mesures correctrices en vertu de l'article 58, paragraphe 2, chaque État membre peut établir les règles déterminant si et dans quelle mesure des amendes administratives peuvent être imposées à des autorités publiques et à des organismes publics établis sur son territoire.

8. L'exercice, par l'autorité de contrôle, des pouvoirs que lui confère le présent article est soumis à des garanties procédurales appropriées conformément au droit de l'Union et au droit des États membres, y compris un recours juridictionnel effectif et une procédure régulière.

9. Si le système juridique d'un État membre ne prévoit pas d'amendes administratives, le présent article peut être appliqué de telle sorte que l'amende est déterminée par l'autorité de contrôle compétente et imposée par les juridictions nationales compétentes, tout en veillant à ce que ces voies de droit soit effectives et aient un effet équivalent aux amendes administratives imposées par les autorités de contrôle. En tout état de cause, les amendes imposées sont effectives, proportionnées et dissuasives. Les États membres concernés notifient à la Commission les dispositions légales qu'ils adoptent en vertu du présent paragraphe au plus tard le 25 mai 2018 et, sans tarder, toute disposition légale modificative ultérieure ou toute modification ultérieure les concernant ».

1 Article 83 du RGPD. 2 Chapitre VII « sanctions prononcées par la formation restreinte de la Commission nationale de l’informatique et des libertés » et chapitre VIII « dispositions pénales » de la loi n°78-17 du 6 janvier 1978.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou traceurs pour améliorer et personnaliser votre expérience, réaliser des statistiques d’audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d’intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux. Vinstoken Sandales Plateforme Femme Haut Plates Peep Toe Bowknot Été Plage Mule 6cm Noir Vert Rose Rouge 3539 Vert G7kQP1Gc

Topschuhe24 530 baskets femme chaussures de sport Rouge oofqwT2vy
La Parisienne CRIME LONDON RAW HI 25296S17B rosé ZA4ZA7

SANDALES Sexy Wedge Heels Platform Platform femmes Slingbacks Banquet Chaussures Couleur Green 12cm taille 35 Green 12cm kDi9E
> Cofra New Fisher S5 Ci SRC Paire de Chaussures de sécurité Taille 44 Noir E79GTn
> Logement étudiant : combien ça coûte vraiment ?

Se Loger

La rentrée approche et votre premier logement vous attend. Avant d’emménager, voici notre estimation du coût réel de votre logement étudiant

Consultez aussi :

Varese N 42 Negro Noir tgR7HARf

Avant de faire vos sacs et cartons, avant de vous ruiner pour votre logement, la première étape consiste à faire ses comptes et organiser son budget. S’en tenir au loyer est réducteur et ne permet pas de connaître le coût réel de votre logement. Nous vous rappelons donc les postes clés autour de ce budget étudiant, les acteurs de références et quelques bons plans en prime ! Définir son budget peut vous réserver des surprises car son coût est loin de se borner au seul loyer. Prenons par exemple les frais d’installation. Bien que le dépôt de garantie (jusqu’à deux mois de loyer si meublé) constitue la grande partie des charges, il faut aussi compter :

BalaMasa Bout Ouvert Femme Blanc Blanc 365 EU kuHU3ZP
28.06.2016

Contenus sponsorisés
À lire sur le Parisien Étudiant

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

Sacs à la mode Yoome pour les filles Top sac à main Sac à bandoulière élégant pour les femmes sac à main sac à main Blanc Rose 10H5WeUCW2

Témoignages : ces étudiantes ont choisi de quitter Paris pour Quimper ou encore Cannes...

GRACE SHOES 9978 Sandales à Talons Hauts Femmes Rose 5vfog4

Lyon est devenue une des villes préférées des étudiants qui y viennent de toute la France.

Logements étudiants : le parcours du combattant

Une étude de LocService.fr révèle le prix des logements étudiants dans la région parisienne. Ils sont rares et… les plus chers de France.

Nike Air Jordan Retro 4 408452 603 AAC2JTgq

Le dossier social étudiant est la procédure qui vous permet de demander une bourse d'étude et/ou votre logement social étudiant, par internet, sur le site etudiant.gouv.fr, à remplir avant fin avril.

Paul Green 8089018 Bottes pour Femme Beige TGkHV

150 étudiants vont bénéficier de colocations dans le parc social de la Ville, en échange d’une aide aux devoirs auprès de 400 enfants issus des quartiers défavorisés.

Goor Chaussures de ville à lacets pour homme Marron Tan/Navy 8Esrs2xe7

Que vous souhaitiez vivre seul ou préfériez tenter l’expérience conviviale de la colocation, une caution familiale ou amicale, vous sera demandée lors de la signature du contrat de location.

Ecoles à la Une